Subscribe:Posts Comments

You Are Here: Home » Cours Physiologie » Physiologie du colon

Physiologie du colon :

Le colon fait suite au grêle. Il est composé de trois parties : colon ascendant, colon transverse, et colon descendant.
physio042 Physiologie du colon
  • Etude de la motricité : par radiologie et manométrie.
  • Rôle du colon : il doit réabsorber ce qui n’a pas été absorbé : eau, sels minéraux, sels biliaires. Par jour, il y a » 10L d’eau déversée dans le TD (3L par les aliments et les boissons, et 7L par les sécrétions digestives).  » 80 % sera réabsorbé dans le grêle, et le colon complète. A la sortie du colon, il ne reste qu’environ 100 mL d’eau dans les matières fécales.
Le colon proximal est responsable de la réabsorption, tandis que le colon distal stocke et rejette les matières fécales.
  • Motricité du colon : il y a des fibres musculaires lisses, réparties en 2 couches : une couche circulaire interne, continue, et une couche longitudinale externe, qui non continue (forme 3 bandelettes).
physio043 Physiologie du colon
Le colon a une activité de brassage et de propulsion.
L’activité de brassage est réalisée par des ondes haustrales, appelées aussi haustrations. Il s’agit d’anneaux de contraction qui apparaissent, formant des bombements sur le lieu contracté. Ca crée un mouvement de brassage.
physio044 Physiologie du colon
Ces haustrations sont stimulées par une distension. Ces ondes apparaissent localement.
Il y a aussi des contractions de masse, ou contractions en masse. Une partie du colon va se contracter et pousse le contenu dans le sens du transit. Le stimulus peut être du à une distension ou une irritation, mais plutôt pathologiquement. Physiologiquement, elles répondent à des réflexes : duodéno-colique, et gastro-colique. C’est le SN intrinsèque et extrinsèque. Ce réflexe est favorisé par des hormones comme la gastrine.
Physiologie ano-rectale
La défécation est aussi appelée exonération.
  • Morphologie fonctionnelle :
physio045 Physiologie du colon physio046 Physiologie du colon
Le rectum est fermé par le canal anal. Il y a deux sphincters : un qui est formé de muscles lisses, et un qui est formé de muscles striés.
L’ampoule rectale est quasiment fermée par l’angle recto-sigmoïdien.
  • Moyens d’étude : ils sont radiologiques (c’est la défécographie), ou on peut se servir de la manométrie ano-rectale.
physio047 Physiologie du colon
  • La continence rectale au repos :
La pression est quasi nulle. Au niveau du sphincter, il y a fermeture et contraction des 2 sphincters : le sphincter lisse par un tonus myogène, et le sphincter strié par un tonus neurogène (centres dans la moelle sacrée).
Quand l’ampoule rectale est pleine (ou se remplit), cela déclenche les réflexes de la défécation :
- réflexe rectorectal
- relâchement du sphincter lisse : réflexe recto-anal inhibiteur (RRAI).
- sphincter strié : on constate d’abord une contraction, puis, soit il se relâche (si c’est le bon moment), soit il se contracte (si c’est pas le bon moment).
Il y a des réflexes intéressant le colon sigmoïde, voire le colon descendant. Il y a un véritable péristaltisme.
  • Les systèmes de contrôle :
    • Contrôle local : il est très efficace. Il met en jeu les cellules des plexus. Il est responsable des réflexes locaux courts. Il déclenche le RRAI (le + important), et la contraction du rectum, du sphincter strié, du sigmoïde, et du colon. Si il y a une absence de plexus dans la paroi du colon, on a une aganglionie (ou maladie d’Hirschsprung).
    • Au niveau médullaire : la distension stimule les fibres afférentes qui vont à la moelle, font relais dans la substance grise, puis repartent par les voies efférentes vers le rectum… C’est très important pour rendre le phénomène plus efficace. C’est la défécation que l’on observe chez le nouveau-né.
    • Centres supérieurs : ils permettent la perception du besoin et le contrôle de la défécation. Quand il y a distension, il y a ouverture du sphincter lisse, et des influx partent vers la moelle et vers des centres supérieurs. Il y a engagement du contenu anal dans le canal anal, où il y a des récepteurs qui renseignent le SN. Si le moment n’est pas bon, les centres nerveux envoient des influx aux cellules musculaires striées. Les réflexes anorectaux peuvent inhiber la contraction du rectum ( ??).
Il y a deux façons de réaliser la défécation :
- soit quand il y a distension, si c’est le bon moment il y a poussée abdominale (inspiration puis expiration glotte fermée) qui fait relâcher le sphincter strié : c’est la manœuvre de Valsalva. ( ????)

Il y a des centres bulbaires, qui sont les centres coordinateurs. Au dessous, il y a les centres de la sensibilité consciente et les centres corticomoteurs. En dessous, il y a des centres moteurs, qui permettent le mécanisme de conditionnement.

Mots-clefs :,

Leave a Reply

© 2011 Cours De Médecine · Subscribe:PostsComments ·